CLAPMAG 407 - JANVIER 2010

SOMMAIRE

Le fabuleux destin de Jean-Pierre Jeunet : biographie

Tranche de gâteau : entretien avec Jean-Pierre Jeunet

Filmographie : Clapmag est parti sur les traces du parcours cinématographique du réalisateur

Les films de Jean-Pierre Jeunet : de Delicatessen à Micmacs Ó tire-larigot.

Les collaborateurs de Jean-Pierre Jeunet : Marc Caro, Alain Carsoux, Bruno Delbonnel, etc.
Pour visualiser la page cliquer ici

Portraits d'acteurs : Audrey Tautou, Dominique Pinon, Rufus, Jean-Claude Dreyfus, Ron Perlman, etc.
Pour visualier la page cliquer ici

L'univers de Jean-Pierre Jeunet : le monde du cinéaste en 10 lešons

Ses sources d'inspiration : Clapmag a exploré les sources d'inspiration de Jean-Pierre Jeunet
Pour visualiser la page cliquer ici

Jean-Pierre Jeunet au fond des yeux : entretien avec le cinéaste

Pour feuilleter le magazine 407 cliquer ici

 

EDITO

« J’aime écouter les gens qui jouent de la musique sur les toits de Paris,
mais j’aime pas les ressorts de lit qui couinent.
J’aime bien faire la cuisine avec des sœurs siamoises,
mais j’aime pas les aliens transgéniques qui bavent de l’acide.
J’aime bien collectionner les photos ratées des photomatons,
mais j’aime pas les nains de jardin qui font des fugues...
Tel est Le Fabuleux Monde de Jean Pierre Jeunet.
 »

Comme la majeure partie des cinéastes de sa génération (Mathieu Kassovitz, Luc Besson, Yann Kounen, Christopher Gans), le cinéma de Jean-Pierre Jeunet est le produit de différentes influences : la bande dessinée, la science-fiction, les films d’animation et la culture du cinéma américain. Mais là où certains réalisateurs n’ont fait que reprendre et appliquer des figures de style récurrentes du cinéma Hollywoodien pour en faire une imagerie qui tourne très vite à vide (mouvements de caméra à tout va, scénario au second degré, personnages stéréotypés), Jean-Pierre Jeunet les a mises à profit pour créer un univers plus personnel, entre onirisme et fantastique. Un monde de contes pour enfants, traversé de situations loufoques, truffé de recoins fantastiques, habité de personnages hauts en couleurs, rempli de collections, de gadgets, de modèles réduits et d’images d’Épinal.

A l’image, cela se traduit par un penchant nostalgique pour le réalisme poétique français des années 30-40 (Delicatessen, La cité des enfants perdus) et un goût pour les figures techniques héritées du cinéma d’animation (jeu sur les rapports d’échelle entre les personnages et les décors, accessoires qui prennent vie, vitesses de prise de vues). Cette combinaison est à l’origine de l’atmosphère qui se dégage de chacun de ces films (à l’exception d’Alien 4) où il réussit à rendre compte d’un univers homogène à partir d’éléments hétérogènes. Ce dispositif de mise en monde se fait par des décors, des lumières et des personnages qui génèrent une artificialité atemporelle mais toujours cohérente. Sa mise en scène est une vraie musique. Elle varie les tempos : entre montage saccadé et image accélérée, jeux de pistes pour enfants et grands mouvements fluides façon comédie musicale (la séquence où Nino Quincampoix (Mathieu Kassovitz) suit les flèches bleues sur la butte de Montmartre pour récupérer son album photo est un must). Si ressemblance ou parenté il y a, il faudrait plutôt aller les chercher du côté des frères Coen pour la mise en scène et chez Tim Burton pour l’univers fantasmagorique.

La caméra est un outil central dans cette reconstruction du monde de Jeunet. Elle occupe souvent le point de vue omniscient par lequel chaque décor, chaque lieu ou action semble être composé. Sa présence est constamment rappelée au spectateur par des artifices visuels ou sonores (voir la scène de découpage de lettres dans Amélie). La caméra dépeint souvent l’espace en multipliant les points de vue et en variant les échelles (périscope, lunettes déformantes, point de vue du trou de souris ou d’une puce) ce qui se manifeste par l’utilisation récurrente de courtes focales. Visuellement, ses films se démarquent de l’habituelle production française par une rigueur technique, un oeil graphique, un sens du détail qui fait mouche. La précision de la composition des cadres et la maîtrise des effets font de ses oeuvres des petits bijoux de perfectionnisme.

Les obsessions qui hantent ses films : les expériences génétiques (les clones de Dominique Pinon et de Ripley, les soeurs siamoises), la folie des hommes (le boucher de Delicatessen, l’accouchement d’un être mi-humain mi-alien), l’enfance perdue ou retrouvée (le kidnapping d’enfants dans La cité) prouvent que le cinéma de Jean-Pierre Jeunet est un cinéma « d’auteur ».
Clapmag lui a consacré ce numéro spécial et va vous transporter dans la spirale Jeunet à la manière dont il aurait épluché une peau d’orange. Filmographie, sources d’aspiration et portraits d’acteurs ont été décortiqués, à la manière d’un enfant qui aurait découvert un album de famille oublié dans une malle d’un vieux grenier d’un pavillon parisien.

Florence Mazzarese

 

Premiers pas | Dernier numéro | Les sorties du mois | Agenda | Abonnement | Contact